Les professionnels peuvent désormais concourir hors classement aux épreuves Amateur

A noter que les cavaliers professionnels seront hors classement dans les épreuves amateurs
Crédit : PSV / FFE

Vendredi 11 octobre - 19h55 | Marion Mauger

Les professionnels peuvent désormais concourir hors classement aux épreuves Amateur

Depuis le mois de septembre, les cavaliers professionnels sont autorisés à participer aux épreuves Amateur. Ce nouveau point de règlement leur permet de réaliser des parcours de travail avec un jeune cheval ou de remettre en jambe en douceur un sujet ayant eu des soucis de santé par exemple. Néanmoins, même si les professionnels sont autorisés à concourir dans les épreuves Amateur, ils sont en revanche hors classement. 

Depuis septembre 2019, les cavaliers professionnels ont la possibilité de s’engager dans une épreuve de saut d’obstacle Amateur. Néanmoins, il existe une petite subtilité, ces cavaliers resteront hors classement. Ce nouveau point de règlement de la Fédération Française d’Equitation (FFE) répond à une demande des professionnels. ''Sans leur ouvrir ces épreuves, les cavaliers manquent de petites épreuves Pro. Cette nouvelle réglementation peut leur faire gagner du temps mais aussi de l’argent. Dans un même camion, ils peuvent désormais emmener à la fois leurs chevaux de Grand Prix mais aussi de jeunes recrues qui auront l’occasion de progresser sur de plus petites épreuves'', précise Xavier Trouilhet, le responsable de la commission CSO au sein de la FFE. Selon lui, les premiers retours sur cette nouvelle réglementation, mise en place il y a un mois et demi, sont très positifs. ''J’étais au concours Pro et Amateur de Royan il y a deux semaines et les professionnels trouvaient cela très bien, ils étaient contents. J’ai vu plusieurs de leurs jeunes chevaux engagés dans en Amateur'', précise-i-t-il.

Outre le fait de partager le paddock avec des professionnels, cette réglementation peut-être assez avantageuse pour les cavaliers amateurs. En effet, même si les professionnels sont hors classement, ils sont tout de même participants. Ce qui peut augmenter le nombre total de couples amateurs classés à la fin de l’épreuve. ''Par exemple, s’il y a trente-deux amateurs engagés dans une épreuve et un professionnel, le nombre total de participants est de trente-trois. Ce qui signifie que neuf compétiteurs seront classés même si le professionnel ne peut pas figurer au classement '', illustre Xavier Trouilhet.

Ce système s’applique également aux cavaliers amateurs performants dans leurs catégories qui souhaiteraient participer à une épreuve de niveau inférieur. Avant la nouvelle réglementation, si un couple, classé régulièrement en Amateur 1 par exemple, souhaitait s’engager dans une Amateur 2, cela lui été impossible. Aujourd’hui il le peut. En revanche, il sera hors classement, comme les cavaliers professionnels, s’il participe à une épreuve de hauteur significativement inférieure à son niveau. Contrairement à l’ancienne règle, les couples ne sont plus bloqués par leurs catégories Amateur Elite, 1, 2 ou 3 mais par une tranche de hauteur en dessous de laquelle ils pourront toujours participer mais seront hors classement. Par exemple, un couple souvent classé en Amateur 1 pourra participer et être classé dans une Amateur 2 à 1,15m, par ailleurs, il pourra également participer à une Amateur 3 à un mètre mais sera hors classement. Un tableau récapitulatif est disponible dans la dernière version du règlement des épreuves de saut d’obstacle.

À lire également...

Réagissez

  • muybien29 - le 12/10

    Je repose la question à quoi servent les prepas? Justement à ça ! C'était tellement mieux du temps des 5e catégorie et des épreuves DCBA avec les open!

  • francis M - le 12/10

    C'est une bonne chose car les "pros" peuvent remettre en confiance des chevaux de propriétaires ou sortir des chx. en retard ( sans être en concurrence avec les amateurs ) ...Reste le problème de "pro." qui prennent une licence amateur et qui sont une concurrence déloyale avec les vrais amateurs ...ces pseudos amateurs peuvent participer aussi à des épreuves pro 2 ... Ils devraient choisir leur camp et ne pas jouer sur les 2 tableaux . Pourquoi un enseignant ou un dirigeant d''établissement professionnel peut il prendre une licence amateur ??? Il nous manque une 3° CATEGORIE "passerelle "

  • ALBERT MUDA - le 11/10

    Profondément débile , un "PRO" qui veut faire de la petite épreuve , fait une épreuve prépa . A chaque concours , ces "PRO" ne se gênent pas pour engager plusieurs chevaux en épreuve 1.00 ou 1.10 . Il y a qlqs années , certains organisateurs ont tenté les épreuves non dotées , résultat , personne , à part qlqs idiots qui n'ont pas lu le programme . Faire du hors concours ou hors classement , n'a jamais été la vocation des compétiteurs . Dans certaines régions , les épreuves am2 ou 1 sont déjà blindées bien avant la clôture des engagements , alors ouvrir ces épreuves aux "PRO" , n'est en aucun cas , une bonne idée .

  • muybien29 - le 11/10

    Et les prepa ça sert à quoi?

  • Gandalf - le 11/10

    Bonne idée mais il faut aller au bout.. déjà il faut un système de priorité aux amateurs dans les épreuves limitées pour quils ne soient pas lésés. . Et surtout il faut imposer aux pro qui ont une licence amateur de prendre une licence pro. . Ils n'ont plus d'excuse pour venir " piller " les épreuves amateurs sous prétexte qu'ils n'ont pas d'épreuves assez petites en pro pour former ou faire torner leuros chevaux de moyenne gamme.. déjà que les amateurs sont "pompés " avec des engagements exorbitants et des dotations minables il faut leur laisser une chance de récupérer les gains..

Le mag

GRANDPRIX #110 GRANDPRIX n°110 OCTOBRE

GRANDPRIX #110

(GRANDPRIX n°110 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter