La FEI propose de nombreuses modifications pour le règlement d'endurance

Crédit : Scoopdyga (image d'illustration)

Jeudi 11 juillet - 10h38 | Muriel Judic

La FEI propose de nombreuses modifications pour le règlement d'endurance

La proposition de règlement d’endurance a été publiée cette semaine par la Fédération équestre internationale (FEI) pour l’année 2020. Étudiée par les fédérations nationales et autres acteurs de la discipline, elle sera débattue à Moscou, du 16 au 19 novembre, à l’occasion de l’Assemblée générale de la FEI. 

Cette semaine, la Fédération équestre internationale (FEI) a rendu publique une proposition de règlement avec son plein de nouveautés, voire de surprises. Ne serait-ce que dans la forme. C’est en effet la première année que la FEI met à disposition du grand public les changements envisagés pour la saison suivante. Ce projet habituellement adressé aux fédérations nationales est désormais en ligne, en toute transparence. Le grand public, outre les différentes instances nationales, peut ainsi s’exprimer avant l’entrée en vigueur potentielle des nouvelles règles contenues dans ce mémo de 75 pages. 
Nouveauté encore avec un mot d’ordre (sur)affiché, dès le préambule, la préservation du bien-être des chevaux. Pour ce faire, on y écrit noir sur blanc l’usage prohibé des museroles autres qu’en cuir ou en biotane, on réglemente la longueur des branches des mors à huit centimètres maximum, on bannit les poignées au bout des rênes, entre autres évidences. On renforce également le rôle des officiels quant à d’éventuelles traces de sang sur le cheval et on allonge le délai pour porter une réclamation en cas d’abus sur un cheval. Par ailleurs, le changement d’entraineur pourrait avoir pour conséquence d’empêcher tout engagement du cheval pendant trente jours. 

Quinze minutes de temps de présentation

Parmi les autres mesures proposées, on préconise des points d’assistance tous les 5 à 10 km au fil du parcours, un passage au vet-gate en maximum quinze minutes (au lieu de vingt actuellement) aux contrôles intermédiaires, on limite à trois (contre cinq à ce jour) le nombre de grooms présents autour du cheval. Les CEI 3* (de 140 à 160 km) devront comporter six boucles alors que certains organisateurs les proposent régulièrement en cinq étapes jusque-là. On entend également limiter le nombre de partants à deux cent par épreuve et quatre cent par jour. 
Dans les autres nouvelles propositions, on allonge les périodes de repos obligatoires dès lors que le cheval est éliminé plusieurs fois pour boiterie (cent quatre-vingt jours supplémentaires par exemple après trois éliminations pour boiterie) ou raison métabolique avec même l’interdiction de course à vie pour un cheval éliminé quatre fois consécutives.  Un cheval qui aurait parcouru une épreuve au-delà de 22 km/h devra lui aussi bénéficier de repos supplémentaire à hauteur de sept jours de plus que ce que le règlement stipule déjà en fonction de la distance parcourue. 

Exit les 75 kg… et le henné ?

Autre changement important qui divise parfois le haut-niveau et les nations, le poids minimum imposé dans les CEI 3* pourrait passer de 75 à 70 kg, comme pour les CEI 2*.  On évoque aussi le henné qui pourrait être proscrit sur les membres des chevaux, bien que son utilisation soit désormais largement répandue en raison de ses vertus anti crevasses, y compris sur terres européennes. Cette mesure aurait pour fin de s’harmoniser avec le règlement vétérinaire commun aux autres disciplines qui interdit de “colorer” les chevaux. 

Mais ce qui fait plus particulièrement polémique aujourd’hui, c’est le nouveau système de qualification, qualifié “d’usine à gaz” par certains cavaliers. Celui-ci nécessiterait par exemple qu’un couple doive se classer lors de trois CEI 1* à 18 km/h maximum pour pouvoir accéder à un CEI 1* véritablement à vitesse libre ou en CEI 2*. On note aussi la possible apparition des taux d’achèvement – 25%, 50%, 66% et plus - des courses précédentes (sur trois années) qui conditionnent la vitesse maximale autorisée en CEI 2* puis CEI 3* : 14, 16 ou 18 km/h. Un procédé complexe, tant à appréhender qu’à mettre en œuvre, et de surcroit à contrôler.
 
Ces propositions ont été pour beaucoup amenées sur la table par l’association TEIRA et discutées par le comité endurance de la FEI. Les cavaliers sont désormais invités à se prononcer sur celles-ci par le biais de leur fédération nationale ou auprès de Tarek Taher, lui-même cavalier international et désormais membre dudit comité. Les instances de chaque pays ont jusqu’au 30 août pour donner leur aval ou amender certains points du règlement. Le projet davantage abouti sera ensuite présenté lors de l’Assemblée générale de la FEI du 16 au 19 novembre, où chaque délégué pourra voter. Il sera alors temps de revenir sur les véritables modifications réglementaires qui impacteront les compétiteurs au 1erjanvier 2020.   

La proposition de modification règlementaire complète ici
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #110 GRANDPRIX n°110 OCTOBRE

GRANDPRIX #110

(GRANDPRIX n°110 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter