Thomas Carlile et Hervé Taieb tirent leur bilan du Royal Jump de Bertichères

Crédit : Clara Langlois et Sportfot

Jeudi 06 juin - 17h40 | Propos recueillis par Célia Vallet

Thomas Carlile et Hervé Taieb tirent leur bilan du Royal Jump de Bertichères

La troisième édition du Royal Jump de Bertichères s’est conclue dimanche. Du 29 au 2 juin, c’est au pied du château de Chaumont-en-Vexin que le concours complet international s’est déroulé. Avec pas moins de trois épreuves internationales et quatre Derbys, les cent vingt-cinq complétistes ont eu le choix. La météo a été exceptionnelle pour accompagner cavaliers et visiteurs, laissant place à de nombreuses animations en soirées. L’organisateur du concours Hervé Taieb a reçu des nombreux messages de félicitations à propos de son évènement, ce qui ne peut que l’encourager à poursuivre cette belle aventure.

Quel bilan tirez-vous du cru 2019 du Royal Jump de Bertichères ? 
Les messages de félicitations pleuvent de toutes parts ! Au fond, ce n’est pas à moi d’être content, l’objectif était de faire plaisir aux cavaliers et au public avant tout. C’était très belle édition, qui nous a valu de très bons retours des cavaliers, des amis qui sont venus, des gens qui sont passés… Nous ne sommes pas toujours à cent pour cent, mais nous pensons avoir répondu aux exigences des compétiteurs.
 
Après trois ans d’existence, comment jugez-vous l’évolution de l’évènement ? 
Après les messages des uns et des autres, nous avons su résoudre les différentes problématiques : le terrain, les boxs… Cela évolue. C’est un concours encore très jeune, il est en pleine évolution. L’équipe organisatrice et toutes les personnes qui travaillent autour de ce concours gèrent chaque problème dans le bon sens. Par ailleurs, le constructeur d’obstacles sur le parcours de cross a réalisé un travail vraiment exceptionnel. 
 
C’était la première fois que vous accueilliez quatre labels de CCI différents. Comment cela s’est-il passé ? 
Nous avions simplement un parcours supplémentaire à construire, dans un endroit nouveau, qui a demandé un certain budget. Mais le chef de piste (Pierre Michelet, ndlr) a fourni un travail de qualité. Pour chaque label, nous avons eu de bons échos. 
Nous félicitons d’ailleurs Thomas Carlile, victorieux du CCI 3*-S, mais aussi deuxième et septième avec ses deux autres chevaux. C’est un cavalier de haut niveau que nous serons ravis d’accueillir s’il revient l’année prochaine.
 
En vue de la quatrième édition, à quels ajustements pensez-vous ? 
Nous avons prévu un débriefing avec toutes les équipes. Karim Laghouag a prévu de venir donner son avis. Nous allons évoquer les différents points et le développement de la marque. Même si nous avons eu beaucoup de compliments, il y a encore sûrement des éléments sur lesquels nous devons nous pencher. Le Derby, par exemple, sera sans doute amélioré. Nous imaginons également ouvrir une grande piste en herbe pour l’épreuve de saut d’obstacles. Nous sommes en train d’étudier les espaces pour voir comment cela pourrait s’organiser.
 
Quel succès ont eu les animations ? 
Il y a eu quatre jours de fête, qui ont débutés le mercredi avec la vente aux enchères. Le lendemain il y a eu la course de chiens, la “Woof Run”, qui a été un grand succès. Vendredi, l’arrivée en parachute de Jean Luc Lahaye a surpris tout le monde et le lendemain, c’est Kendji qui est venu une nouvelle fois à la rencontre du public de Bertichères, habitué de sa présence. La première partie de son spectacle a été assurée par une jeune fille très appréciée, Pauline Konrad, qui a mis beaucoup d’ambiance. L’évènement s’est terminé avec la course d’attelage qui nous a livré un beau spectacle.

“Un doublé qui fait vraiment plaisir”, Thomas Carlile

Au Royal Jump de Bertichères, Thomas Carlile ne s’est pas classé avec un ou deux chevaux… mais bien trois ! Il a remporté l’épreuve CCI 3*-S avec Cestuy La de l’Esques, a terminé deuxième avec Cadet de Beliard et enfin septième avec Zanzibar Villa Rose Z. Après cette belle razzia lors d’un concours qu’il a beaucoup apprécié, Thomas Carlile a livré ses impressions à GRANDPRIX-Replay.com.
 
Qu’avez-vous pensé du Royal Jump de Bertichères ? 
Je voulais féliciter et remercier les organisateurs du Royal Jump pour cet évènement qui a eu un fort succès et qui, je l’espère, se pérennisera. L’ensemble de l’évènement était super, je pense que tout le monde s’est régalé. Aujourd’hui, des organisateurs qui s’investissent autant pour notre sport se doivent d’être salués. Ce n’est pas évident et toute l’équipe du Royal Jump a fourni un super travail.
 
Vous avez réussi à vous classer avec trois chevaux ce week-end. Pouvez-vous nous dire un mot sur votre victoire ? 
Mestrois chevaux de sept ans débutent encore, nous sommes venus pour progresser bien sûr, mais aussi en vue des qualifications pour le mondial du Lion en fin d’année. Ce sont des chevaux dont je m’occupe depuis qu’ils ont quatre ans, sauf Zanzibar qui est arrivé aux écuries l’an dernier. Je les ai formés et les connais depuis un bout de temps. À présent, ils sont à l’écoute et ont été plutôt sérieux lors du dressage. Tout ne s’est pas forcément passé au mieux samedi, mais il n’y a pas eu de catastrophe.Zanzibar a très bien sauté lors de l’hippique, tandis que Cadet et Cestuy La ont fait une petite faute.En revanche, j’ai vraiment pu montrer leur capacitésur le cross, parce que les trois chevaux ont bouclé des parcours très rapides. Pour ma part, je suis resté dans une équitation positive, sans sortir de la zone de confort des chevaux et en restant dans ce qu’ils savent faire. Je ne les ai pas mis en difficulté dans les abords, j’ai insisté leur qualité naturelle. Le parcours était génial, le sol permettait d’être rapide et les obstacles magnifiques. Mon entourage se joint à moi pour dire que nous sommes repartis du concours très heureux de la prestation des chevaux, c’est encourageant pour la suite. Et le fait de réaliser un doublé fait vraiment plaisir.
 
 
Quelles difficultés techniques avez-vous rencontré sur les parcours ? 
Cadet et Cestuy La sont vraiment des chevaux avec beaucoup de cœur et très volontaires. Lors du cross, j’ai trouvé que le niveau était tout à fait convenable pour ce genre d’épreuve. Les difficultés se trouvaient au niveau du terrain, qui était un peu sinueux. Par ailleurs, le chronomètre était assez serré, donc la vitesse a poussé pas mal de couples à la faute. Sinon, le parcours était concis et clair, avec de bons angles et une piste recommandée pour cette épreuve. Toutes les conditions étaient réunies !  

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #107 GRANDPRIX n°107 JUIN

GRANDPRIX #107

(GRANDPRIX n°107 JUIN)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter