Un cavalier suspendu après la plainte déposée par une journaliste

Crédit : Capture d'écran

Vendredi 08 mars - 11h59 | Lucas Tracol

Un cavalier suspendu après la plainte déposée par une journaliste

Hier, la Fédération équestre internationale a rendu publique la suspension d’Ali Mohd Ali Hosani pour avoir frappé son cheval LCE Corleone lors d’une course d’endurance le 4 janvier, à Dubaï. La plainte avait été déposée par la journaliste britannique Pippa Cuckson. 

En visionnant la course internationale de 160km de Dubaï le 4 janvier, Pippa Cuckson a noté un comportement qu’elle n’a pas manqué de communiquer à la Fédération équestre internationale (FEI). Reconnue pour son travail de longue haleine sur les scandales de dopage et de maltraitance qui secouent l’endurance, la Britannique a en effet déposé une plainte pour maltraitance concernant Ali Mohd Ali Hosani. “Il a balancé son bras droit en avant puis a frappé l’encolure du cheval violemment avec une bouteille”, a soutenu Pippa Cuckson dans sa plainte, à laquelle elle a joint la vidéo des faits (en bas d'article)
 
Face aux évidences, l’Émirati a tenté de se défendre en soutenant qu’il n’a pas voulu frapper ou maltraiter son cheval. “Lorsque j’ai pris la deuxième bouteille, j’ai commencé à verser de l’eau sur l’encolure du cheval. Je l’ai fait à deux reprises car j’ai senti qu’il y avait encore de l’eau dans la bouteille, c’est pourquoi je l’ai re secouée. Il est vrai que j’ai versé l’eau avec vigueur en raison de la vitesse et j’ai tenté d’en verser autant que possible, mais je n’ai pas tenté de frapper ou de maltraiter le cheval”, a-t-il soutenu. Le Tribunal de la FEI a rejeté sa défense. En s’appuyant sur la vidéo, il a également noté que le cavalier avait donné un violent coup de talons à LCE Corleone avant de le frapper avec son bras. “Le Tribunal juge les actes de Mr Al Hosani inacceptables qui méritent des sanctions. Mr Al Hosani a participé à sa première course à treize ans. Il devrait être bien informé que l’utilisation d’une bouteille d’eau comme cravache n’est pas tolérée. De plus, le Tribunal a noté que Mr Al Hosani n’a pas semblé montrer le moindre remord pour ses actes en décrivant cela comme « un malentendu »”, peut-on lire sur le rapport du Tribunal de la FEI. Ali Mohd Ali Hosani a été condamné à six mois de suspension à compter du 7 mars ainsi qu’à une amende de 2 000 francs suisses. 
 
“Naturellement, je suis satisfaite que le Tribunal ait reconnu que cet incident viole le règlement de la FEI et qu’il s’agit un affront pour le bien-être animal. Je suis seulement triste d’avoir eu à déposer une plainte car les juges sur place n’ont rien fait, bien que l’incident ait été filmé sur le live officiel de l’évènement, et qu’il se soit répandu sur les réseaux sociaux. Ce type d’odieux comportement sur les pistes n’est pas rare dans le Groupe 7 de la FEI”, a confié Pipa Cuckson après avoir appris le verdict du Tribunal de la FEI. “Comme nous le savons, le Comité temporaire de la FEI examine actuellement le futur et réalise un travail de premier ordre dans un climat politique difficile. À mon sens, le plus grand obstacle qui se dresse est la culture enracinée de la faiblesse des juges, tous au service de riches argentiers du Groupe 7 (au Moyen-Orient, la plupart des courses sont organisées par des structures très poches des familles régnantes, ndlr)”, a conclu la journaliste. 

À lire également...

Réagissez

  • rosetta2303 - le 08/03

    Et la FEI, une vaste hypocrisie ! A vomir ! Le bien-être des chevaux ! Tu parles !!! Le fric et le pouvoir, ça oui !

  • muybien29 - le 08/03

    Non pardon un abattoir

  • muybien29 - le 08/03

    Cette discipline est une boucherie

Le mag

GRANDPRIX #104 GRANDPRIX n°104 MARS

GRANDPRIX #104

(GRANDPRIX n°104 MARS)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter