Pour avoir uriné dans le box de Bardolina, le groom de Mario Deslauriers a été jugé responsable du contrôle positif

Mario Deslauriers et Bardolina 2 au Winter Equestrian Festival de Wellington la semaine passée.
Crédit : Sportfot

Vendredi 01 mars - 17h17 | Lucas Tracol

Pour avoir uriné dans le box de Bardolina, le groom de Mario Deslauriers a été jugé responsable du contrôle positif

Suspendu deux mois en fin d’année dernière pour un contrôle positif sur sa jument Bardolina, Mario Deslauriers a finalement été innocenté. Sous anti-dépresseurs, son groom aurait en effet contaminé la jument en urinant dans son box lors de la finale de la Coupe des nations Longines de Barcelone, début octobre.

Fin octobre, Mario Deslauriers avait été provisoirement suspendu deux mois après la publication des résultats positifs d’un contrôle anti-dopage réalisé sur sa jument Bardolina lors de la finale de la Coupe des nations Longines de Barcelone. Finalement, même s’il a déjà purgé sa peine provisoire, le représentant du drapeau à la feuille d’érable a été disculpé. Pour cause, l’origine des traces d’O-Desmethylvenlafaxine retrouvées dans les échantillons auraient été causées par le groom de Mario Deslauriers, qui a uriné dans le box de la jument en Espagne. Sous antidépresseurs, le groom aurait ainsi contaminé la fille de Clarimo. La Fédération équestre internationale (FEI) ayant reconnu la contamination humaine, Mario Deslauriers n’encourt donc pas une prolongation de sa période de suspension. Lui et sa jument ont d’ailleurs déjà repris la compétition à Wellington. 
 
Employé par Mario Deslauriers depuis cinq ans, le groom en question s’est justifié en soutenant que les sanitaires étaient loin à Barcelone, et qu’uriner dans les boxs était d’une “pratique régulière pour la plupart des cavaliers, grooms et entraineurs”
La suspension et les amendes ont donc été abandonnées, la FEI ayant reconnu que les circonstances étaient exceptionnelles et que Mario Deslauriers n’aurait pu avoir connaissance de la situation. 
 
Déjà en 2012, Cella et Urico avaient été retirés des écuries de Mario Deslauriers, le second ayant été contrôlé positif pour des traces de cocaïne. Entendue par la Fédération équestre américaine (USEF) er reconnue responsable, la gérante des écuries avait été interdite de compétition pendant deux ans. Propriétés de Jane Clark, la jument grise et le bai avaient pris la direction des écuries du Britannique Ben Maher. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #104 GRANDPRIX n°104 MARS

GRANDPRIX #104

(GRANDPRIX n°104 MARS)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter