“N’en parle pas qu’à ton cheval” : la FFE lance une campagne en réponse aux révélations de violences sexuelles

Crédit : FFE

Mardi 11 février - 11h39 | Lucas Tracol (avec communiqué)

“N’en parle pas qu’à ton cheval” : la FFE lance une campagne en réponse aux révélations de violences sexuelles

Après les révélations de violences sexuelles dans le tennis puis le patinage artistique français, la parole s’est également libérée en équitation puisque la semaine passée, Amélie Quéguiner, propriétaire d’un centre équestre en Dordogne, a adressé une lettre ouverte à Serge Lecomte, président de la Fédération française d’équitation (FFE), au sujet des violences sexuelles sur mineurs dans le monde équestre. Cette dernière a évoqué les viols dont elle aurait été la victime lorsqu’elle était encore une jeune cavalière de concours complet. Après avoir réagi par voie de communiqué, la FFE a lancé hier une campagne de sensibilisation nommée “N’en parle pas qu’à ton cheval”. 

 - “N’en parle pas qu’à ton cheval” : la FFE lance une campagne en réponse aux révélations de violences sexuelles

“À travers ce message, la FFE souhaite assurer son soutien, son écoute et son accompagnement aux victimes de violences sexuelles. Elle souhaite également sensibiliser les différents acteurs du monde de l’équitation”. Quelques jours après les révélations d’Amélie Quéguiner, qui a envoyé une lettre adressée à Serge Lecomte afin que de briser le silence au sujet des violences sexuelles, la Fédération Française d’équitation (FFE) réagit. L’entité tricolore vient en effet de lancer une campagne de communication nommée “N’en parle pas qu’à ton cheval”. Ainsi, la FFE souhaite faciliter l’expression de la parole des victimes et se mobilise pour assurer la transmission des faits qui lui seront remontés aux pouvoirs publics. Elle s’engage également à orienter les victimes vers des acteurs compétents en matière d’accompagnement. Le pouvoir de police ou de justice relevant exclusivement des prérogatives de l’État.
 
La FFE propose un accompagnement aux victimes de violences sexuelles. Dans ce cadre, plusieurs mesures sont mises en place pour faciliter les démarches et la prise de parole des victimes, témoins et rapporteurs. Par ailleurs, la FFE met une cellule d’écoute à disposition des victimes ou témoins de violences sexuelles. Une équipe de psychologues formés garantit un traitement anonyme des échanges. Victime, témoin ou rapporteur, peuvent contacter la cellule d’écoute au 0800 730 890.
Dans certaines circonstances, l’écrit facilite l’expression, c’est pourquoi la FFE met également à disposition une fiche de signalement permet de collecter les informations indispensables à une bonne prise en compte du signalement. “Pour prendre en charge les victimes, et pour que les procédures aboutissent, les éléments recueillis doivent être collectés avec précision et méthode. En effet, si la prise en compte de la parole des victimes est une priorité, elle ne constitue pas une preuve aux yeux de la loi et la présomption d’innocence est un principe fondamental de la justice de la république. C’est pourquoi la FFE encourage toute personne victime ou témoin d’un cas de violences sexuelles à apporter des informations précises, qui permettront de saisir les pouvoirs publics”.
 
Plus d’informations ici
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #113 GRANDPRIX n°113 FÉVRIER

GRANDPRIX #113

(GRANDPRIX n°113 FÉVRIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter